,

[Blog] Como empezó y como se creo La Peña…

Como empezo y como se creo_La Pena Business Club_Barcelona

La Peña es un Business Club privado creado hace 10 años por empresarios franceses instalados en Barcelona. La Peña es un ecosistema de empresarios de distintos sectores de actividad que se reúnen para compartir experiencias y desarrollar sus negocios.

La Peña es un Business Club Privado que fue creado hace 10 años por dos empresarios franceses instalados en Barcelona. Decidieron crear ellos mismos este club porque no encontraban en los distintos eventos de networking a los que participaban un club ideal en Barcelona.

El primer almuerzo fue organizado en abril del 2008 en él que asistieron los 2 fundadores más 4 empresarios, todos de diferentes sectores de actividad. Un mes después decidieron encontrarse de nuevo en una comida en la que cada uno vino con uno o dos empresarios invitados.. y desde entonces el grupo no ha dejado de ampliarse.

Nuestros miembros son nuestros mejores embajadores, hablan de La Peña y nos dan a conocer en otros círculos de empresarios. Ellos permiten que el grupo sea cada vez más amplio. Antes de entrar como miembro del Club nos gusta conocer la persona, su trayectoria profesional e identificar sus necesidades y sobre todo saber lo que espera de un club de networking. El boca a oreja es lo que hoy en día asegura la mayor parte del desarrollo del Club.

Desde la creación de La Peña la vocación primera siempre ha sido proponer momentos de intercambios entre personas que tienen las mismas problemáticas, cualquiera que sea el sector, y permitir a sus miembros compartir sus experiencias, éxitos, fracasos, … Esto permite afrontar las decisiones estratégicas con más serenidad.

La Peña es también un Club de negocios, en sentido propio, donde los miembros se cooptan y trabajan juntos, se asesoran y se ayudan según sus intereses comunes. Muchos sectores de actividad están representados en el Club y consideramos que esta diversidad es absolutamente necesaria.


Ser Peñista … es formar parte de un ecosistema de más de 1700 empresarios abierto a todas las nacionalidades.

Hoy en día La Peña es un ecosistema que cuenta cerca de 1700 empresarios de los cuales más de 400 participan con regularidad a nuestros encuentros. Aunque fue fundada por empresarios franceses, La Peña es un Club abierto a todas las nacionalidades. Queremos que cada miembro se sienta bien en el Club y que cada uno pueda sacar beneficio tanto personal como profesional. Ofrecemos a cada miembro la posibilidad de relacionarse con otros empresarios pero para establecer relaciones en el grupo es importante implicarse y asistir a los eventos. Ser Peñista es también querer compartir y abrirse a los demás.


Como ser miembro de La Peña…

Para ser miembro de La Peña se pide cumplir con los siguientes requisitos:

  • Ser el nº 1 de su empresa
  • Entrar en un numerus clausus establecido por cada sector de actividad, con el fin de asegurar una pluralidad máxima en nuestros intercambios
  • La aceptación de cada nuevo miembro es validada caso por caso por un board, además cada miembro tiene idealmente uno o varios padrinos

Una vez aceptado por el board y según sus necesidades cada nuevo miembro puede escoger entre varias cuotas. Cada cuota ofrece diferentes prestaciones y servicios.


Networking …. Y mucho más para que los miembros tengan oportunidad de reunirse varias veces al mes y puedan establecer contactos profesionales.

networking_La Pena Business Club_Barcelona_espagne

Los miembros participan a las actividades que más les interesan y cuadren según sus disponibilidades. Cada mes organizamos al menos dos eventos, un almuerzo y un afterwork, y con regularidad también proponemos desayunos temáticos y conferencias sobre temas muy variados pero siempre de interés para los empresarios : puede ser una conferencia sobre la fiscalidad y gestión de patrimonio, sobre la nueva ley de protección de datos, sobre la revolución de la movilidad y los modos de transporte del futuro, sobre la cadena de bloques o “blockchain”, la presentación de una fundación que ayuda a niños con discapacidades, la presentación de startups que buscan fondos para desarrollar proyectos, …

Los encuentros tienen lugar o en nuestro Club de Paseo de Gracia o en diferentes restaurantes de la ciudad. Teniendo a nuestro alcance una amplia propuesta de locales, nos gusta dar a conocer cada mes un nuevo restaurante.

La Peña es un Club que fue creado por empresarios para los empresarios con el fin de ayudarles en su vida de empresario, aportarles soluciones a la hora de resolver problemáticas o tomar decisiones. Ayudar el empresario en su soledad. En estos momentos privilegiados de intercambio ponemos a disposición una red de profesionales de confianza donde cada uno puede conocer e intercambiar con empresarios de distintos sectores de actividad de donde en algún momento pueden surgir oportunidades de business.

Nuestros miembros buscan constantemente oportunidades de negocio en otras ciudades de Europa. La Peña siempre está a la escucha y abierta a las distintas propuestas hechas por los Miembros. Por lo que acompañamos y desarrollamos networks y ecosistemas seguros para ellos en otras ciudades como Madrid, Mallorca, París, Lisboa, Valencia, Londres,..

En septiembre de 2018 hemos firmado un acuerdo de colaboración con el Club 567 en Madrid con el fin de promover los servicios y actividades entre los miembros de ambos clubes. Además nuestro objetivo común es desarrollar una red de empresarios de confianza en Barcelona y Madrid para fomentar un ecosistema empresarial positivo, generar ideas de negocio y desarrollar relaciones de networking profesional entre sus miembros.


El Club físico … el punto de encuentro exclusivo para los Peñistas en pleno centro de Barcelona.

Dada la constante evolución de La Peña en los últimos años y a petición de sus Miembros de tener un espacio exclusivo para encontrarse, se decidió en enero de 2015 instalar el Club en el Paseo de Gracia nº 61 en el centro de Barcelona, una dirección muy fácilmente conectada con los puntos de interés de la ciudad. Hemos tenido la gran oportunidad de encontrar este espacio de 250 m2 que responde a las expectativas de nuestros miembros es decir:

  • la posibilidad de utilizar uno o varios puestos de trabajo fijos a tiempo completo,
  • poder domiciliar su empresa en una dirección de prestigio y conocida internacionalmente,
  • disponer de una sala de reunión, salones privados y un Espacio Club para recibir y reunirse en un ambiente privilegiado,
  • trabajar en un entorno y un ambiente relajado.

Que aporta La Peña a sus miembros … Ellos mismos nos explican los motivos por los cuales son Miembros.

Para nosotros es importante estar siempre a la escucha de nuestros miembros, saber que opinan y cuales son sus comentarios para mejorar aún más los servicios del club. Es una satisfacción cuando un miembro nos confesa que en La Peña ha encontrado todo lo que necesita como empresario, una atención personal que no tenia en otras redes de networking.

Lo dice Vincent Moninot (Fundador de Nectar Sports).

Soy miembro de La Peña desde el principio, siempre es un placer poder asistir a sus encuentros, tanto por el buen ambiente que hay, como por las relaciones que he podido crear y mantener a lo largo del tiempo con algunos de sus miembros. Permite intercambiar opiniones sobre las mismas problemáticas que solemos tener todos los empresarios del grupo, en un entorno exclusivo, pero a la vez relajado. ¡Larga vida a La Peña!

Lo dice Sandrine Marie-Anne Corjet (Fundadora de SAMANCOR Assets Management SL).

¿Desde cuando nos conocemos?…Nuestro Club tenía y tiene una trayectoria trazada en línea recta hasta donde nos encontramos todos juntos hoy. Así que La Peña es de agradecer a Emmanuel y Patricia. Por su forma de hacer, o sea una mezcla homogénea de paciencia y de determinación. En este sentido, cuando voy a la sede de Paseo de Gracia me siento en casa: es muy sencillo, puedo sentarme en un sillón vintage para conectarme con el mundo. Es informal y profesional a la vez. Es nómada y sedentario a la vez. Cuando puedo participar en los almuerzos, sé que voy a poder ver mis amigos. Así que también es muy sencillo. Se trata de compartir, intercambiar, escuchar y disfrutar de la compañía de personas estupendas. Provenimos de horizontes diferentes y tenemos un inmenso punto en común: todos somos empresarios. Imaginad lo que ocurre cuando trabajamos juntos… 

Lo dice Christophe Primault (Empresario e inversor).

La Peña me permite intercambiar con empresarios locales e internacionales sobre temáticas tan diversas como el emprendimiento social, las oportunidades de inversión así como la gastronomía. No tengo la mentalidad “club” pero La Peña es para mi un Business Club aparte por ser muy orientado hacia los resultados. Ser miembro de La Peña es una excelente manera para personas recién llegadas en Barcelona de integrar eficazmente un ecosistema de empresarios.

[BLOG] L’entrepreneuriat au feminin

Entrepreneuriat au feminin - La Pena Business Club

Entrepreneuriat au feminin - La Pena Business Club

Bill Gates, Carlos Slim, Amancio Ortega, Steve Jobs, … Ils font partis des plus grands et plus célèbres entrepreneurs reconnus à l’échelle mondiale. Oui, mais pas seulement ; ce sont tous des hommes. Comme Patrick Juvet en 1977, nous nous demandons alors : « Où sont les femmes ? ». L’entrepreneuriat féminin n’est pas une nouvelle tendance. Disparités géographiques, effets de genre dans le processus d’internationalisation et principaux freins et drivers, voici un aperçu de ce mouvement qui prend toujours plus d’importance.

 

Un tiers des entreprises à travers le monde sont dirigées par des femmes

Aujourd’hui, les femmes sont à la tête de plus d’un tiers des entreprises mondiales. Nous pourrions donc déjà avoir de quoi se réjouir ! Cependant, la majorité de ces entreprises sont des microentreprises situées dans les pays en développement. Leur potentiel de croissance est alors limité. Au-delà de la sous-représentation des femmes dans les entreprises de toutes tailles, les attitudes sociétales et les normes sociales empêchent certaines femmes de même envisager la création d’entreprise.

Portées par les mêmes motivations et avec les mêmes chances de réussir, les femmes sont nettement moins nombreuses que les hommes à créer et diriger des entreprises, et quand elles entreprennent, elles restent souvent confinées à de très petites entreprises. En effet, l’entrepreneuriat est traditionnellement perçu comme un attribut masculin, ce qui expliquerait la tendance à associer les pratiques entrepreneuriales aux hommes. Les femmes doivent alors travailler davantage pour démontrer toutes leurs compétences et faire valoir leurs capacités.

 

Cette situation ne pénalise pas seulement les femmes, mais restreint également leur capacité de contribuer au développement économique de leur territoire. L’OIT (Organisation Internationale du Travail) estime que 50% du potentiel productif des femmes dans le monde est sous-utilisé, contre 22% pour les hommes.

Ces dernières années, des progrès ont été faits en matière de diversité et de mixité – cela est même souvent perçu comme des outils essentiels de performance de l’entreprise. Les femmes entrepreneures ont un réel impact à travers le monde, mais contribuent également à la croissance et au bien-être de leurs sociétés. Les femmes entrepreneurs fournissent des revenus à leurs familles, des emplois à leurs communautés, ainsi que des produits et services qui apportent une nouvelle valeur au monde. Leur rôle dans le développement économique des pays est indéniable et suscite l’intérêt des politiques et des institutions. Selon l’étude du Global Entrepreneurship Monitor édition 2016-2017 [GEM, l’une des plus grandes études sur l’entrepreneuriat dans le monde, NDLR], 163 millions de femmes dans le monde ont créé une entreprise et 111 millions en dirigent une déjà constituée. Un chiffre en progression de 10 % depuis l’édition 2014-2015 et qui se rapproche des taux masculins.

 

L’entrepreneuriat féminin fait face à de réelles disparités géographiques

L’entrepreneuriat féminin peut être perçu comme le fer de lance de l’économie des pays africains. Selon la nouvelle étude WIA Philanthropy de la fondation WIA Initiative, 24% des femmes africaines en âge de travailler sont des entrepreneures. Ce pourcentage est le plus élevé au monde. Cependant, ce chiffre reflète une autre réalité : les femmes entreprennent parce-qu’elles n’ont pas toujours accès au marché de l’emploi formel et qu’entreprendre est une façon pour elles de créer leur emploi. Ce phénomène se retrouve aussi dans certains pays d’Amérique du Sud et d’Asie. Afin de favoriser l’éclosion d’un entrepreneuriat féminin dynamique, l’accent est de plus en plus mis sur la formation et la sensibilisation – la formation pour leur donner les clés et les compétences techniques nécessaires à la création, à la gestion et au développement d’une entreprise, la sensibilisation parce-qu’il existe encore de nombreux préjugés sociaux et contraintes personnelles souvent en relation avec la conciliation travail-famille.

Il semble donc que la précarité de certaines femmes favorise leur promptitude à entreprendre – lorsqu’elles ont moins à perdre, les femmes prennent plus de risques. Il n’y a pas seulement la précarité qui influe : dans ces pays, plus l’étau se resserre entre l’égalité hommes/femmes, moins les femmes entreprennent et préfèrent la sécurité de l’emploi pour notamment s’occuper des enfants. En somme, plus le contexte est hostile, plus les femmes entreprennent. Cela expliquerait donc pourquoi les femmes occidentales sont plus frileuses à l’idée de se lancer.

 

Toujours selon le GEM éditions 2016-2017, l’entrepreneuriat féminin ne répond en effet pas aux mêmes motivations d’un continent à l’autre. Il existe un entrepreneuriat de nécessité (ou « Necessity-driven entrepreneurship ») que l’on retrouve principalement dans les pays en développement qui se trouvent en Afrique, en Asie et encore en Amérique Latine. Dans certains de ces pays, l’entrepreneuriat féminin dépasse même l’entrepreneuriat masculin. En Europe, et dans les pays développés en général, ce n’est pas du tout le cas.

L’étude révèle que plus le niveau de développement d’un pays augmente, moins les femmes entreprennent. Les 74 économies examinées font apparaître des différences substantielles dans les taux de TEA [Total Early-Stage Entrepreneurship Activity] des femmes, allant de 3% à 37%. Les pays à forte parité proviennent de deux régions : l’Asie (Indonésie, Philippines et Vietnam) et l’Amérique latine (Mexique et Brésil) comme nous le disions un peu plus haut. En effet, le TEA brésilien avoisine les 20%. Ce n’est pas du tout le cas de la majorité des pays européens : le taux d’activité entrepreneuriale féminin en Espagne est en dessous de la moyenne européenne (6,3%), elle-même très faible, et se place à 4,7%. Il reste tout de même supérieur aux taux français (3,4%) et italien (3,3%).

 

L’implication des femmes entrepreneures dans le commerce international et le processus d’internationalisation

Entrepreneuriat au feminin - La Pena Business Club 3

Les entrepreneurs se lancent dans le processus d’internationalisation lorsqu’ils estiment que leurs débouchés sont pertinents à l’échelle mondiale et qu’ils ont l’ambition de vendre sur des marchés extérieurs à leurs pays d’origine. Ces ambitions peuvent être stimulées parce-qu’un marché intérieur est trop petit ou trop concurrentiel. De facto, de nombreux facteurs – réglementaires, géographiques ou culturels – peuvent permettre ou encourager les entrepreneurs à vendre en dehors de leurs frontières nationales. Entrepreneures et entrepreneurs sont-ils égaux devant le processus d’internationalisation ?

 

La réponse est malheureusement non. Il existe un véritable effet du genre lorsqu’un entrepreneur ou une entrepreneure souhaite développer et vendre ses produits et/ou services à l’échelle mondiale. En effet, certaines contraintes sont susceptibles d’entraver les entrepreneures dans leur démarche à l’international, notamment :

  • La crédibilité
  • Les difficultés liées aux déplacements à l’étranger
  • La légitimité dans l’organisation
  • Les difficultés d’accès au financement, aux réseaux et aux structures d’aides

Aujourd’hui, de nombreuses femmes parviennent à concilier réussite professionnelle et personnelle malgré un sentiment de « culpabilité » ressenti. Cependant une réelle tension, ou « charge mentale », peut exister entre les exigences supplémentaires propres au développement à l’international et les exigences d’une vie familiale.

Il existe également des facteurs géographiques au processus d’internationalisation. Seulement 6% des femmes entrepreneurs d’Afrique subsaharienne souhaitent s’internationaliser contre un peu plus de la moitié des hommes. Dans la région MENA [Middle East and North Africa], 29% des femmes entrepreneures sont considérées comme ayant une activité à l’international – à noter que ce taux est supérieur à celui des hommes.

Aussi, le commerce régional peut être une pratique courante dans certaines régions. Une culture et une langue communes peuvent tout à fait le faciliter et l’encourager, de même que les politiques commerciales telles que celles établies par l’Union européenne. La moyenne élevée en Amérique du Nord est due au Canada, où 32% des femmes entrepreneurs représentent au moins 25% des ventes sur les marchés internationaux. Cela contraste avec les États-Unis à 9%.

 

Les principaux freins et drivers de l’entrepreneuriat féminin

Les principaux freins sont :

  • La peur de l’échec: L’étude « l’Observatoire BNP Paribas de l’entrepreneuriat féminin » effectuée auprès de 810 femmes entrepreneures françaises par le cabinet d’études Occurrences montre que le premier frein réside dans la peur de l’échec financier, qu’il s’agisse de l’échec de l’entreprise entière ou de la peur de ne pas pouvoir se verser un salaire.
  • Le manque de confiance en soi est un autre frein pour 16% des femmes sondées. Il y a une réelle nécessité de mettre en avant des modèles féminins de réussite pour lutter contre ce manque de confiance.
  • Les femmes ont tendance à entreprendre en autarcie sur le plan financier avec des investissements de fonds propres, et sur le plan relationnel – seulement une femme entrepreneure sur deux appartient à un réseau professionnel.

 

Pour ce qui est de ce qui motive les femmes à entreprendre, on ne retrouve qu’en cinquième position « gagner plus d’argent ». Cela représente 11% des femmes interrogées. Avant cela, il y a :

  • Une réelle envie de se sentir plus autonome
  • Donner plus de sens à leur vie
  • Obtenir une vie personnelle et privée plus équilibrée

 

D’après Miruna Radu-Lefebvre, professeur d’entrepreneuriat à l’école de commerce Audencia en France, « les femmes créent une entreprise par nécessité, quand les hommes ont plutôt tendance à saisir une opportunité ». Les femmes entrepreneures décident de créer des entreprises qui correspondent à leurs valeurs personnelles et offrent une liberté et une flexibilité par exemple en matière de planification.

Erica Nicole, entrepreneure américaine qui a quitté Corporate America pour créer son entreprise YFS Magazine, explique que « Le plafond de verre qui limitait jadis le cheminement de carrière d’une femme a ouvert une nouvelle voie vers la possession d’une entreprise, dans laquelle les femmes peuvent utiliser leur sens aigu des affaires tout en créant des liens familiaux solides ».

 

L’entrepreneuriat féminin n’est pas une tendance nouvelle

Entrepreneuriat au feminin - La Pena Business Club 2

Depuis une vingtaine d’années, l’entrepreneuriat féminin s’est petit à petit imposé, avec une nette accélération ces cinq dernières années. Forbes écrivait déjà en 2012 « Entrepreneurship Is The New Women’s Movement » parlant d’une révolution silencieuse similaire à celle des années 1970, mais une révolution surtout durable.

Des nombreuses organisations, associations, pépinières, événements, communautés et réseaux ont vu le jour et fleuri afin de pallier l’écart de genre et d’aider les femmes entrepreneures à :

  • Créer des réseaux
  • Prendre confiance en elles
  • Apprendre des femmes qui ont réussi

 

On pense notamment à la création de l’UN Women en juillet 2010 qui a pour objectif de « promouvoir la parité et l’autonomisation des femmes partout dans le monde » et qui le fait notamment avec son mouvement #HeForShe, des événements TED Women et TEDx Women mettant en lumières ces femmes qui ont réussi, des réseaux, des business clubs internationaux, régionaux, et locaux. Il existe même un jour dédié aux femmes entrepreneures : c’est le WED ou « Women’s entrepreneurship day ».

Un an après les scandales qui ont vu naître le mouvement #MeToo, il est important de se rappeler que ce mouvement ne se limitait et ne se limite pas au harcèlement et aux agressions sexuelles. Il s’agit également d’égalités de carrière et de salaire pour travail égal. En effet, bien que de nombreux progrès aient été réalisés dans plusieurs domaines, il reste des défis à relever tant pour les femmes entrepreneurs que pour toutes les autres.

 

Cependant, les beaux jours semblent devant nous. En effet, comme le disait Hillary Clinton, « Les femmes sont le plus grand réservoir inexploité de talents au monde » – il serait donc dommage de ne pas l’exploiter.

 

Loren Bousquet